Étiquettes

, , , , , , , ,

Que manger … Vaste sujet… Pourtant bon sens et simplicité offrent la meilleure des réponses à la question  : « Comment remplir nos placards pour rester en bonne santé? »… Voyons les grandes lignes.

Nous sommes passés d’une période où quelques « illuminés » mangeaient bio et où on ne savait pas ce qu’était le végétarisme, au grand bazar des idéologies.  Faute de connaissances, les gens font n’importe quoi. Régimes divers « sans ceci ou sans cela », « détox », sans sucre, sans gluten, sans gras… Le seul point commun à tous ces nouveaux diktats : on mange trop. Et mal. Toutes ces théories font en effet partie d’un tout cohérent si on les utilise dans le bon contexte. Si on ne comprends pas ce que l’on fait et qu’on se contente de suivre la dernière tendance, attention !

Parfois l’état de santé impose le passage au « sans gluten », au « sans sucre »,  au »sans sel », ou au « sans gras ». Il y a des moments où on peut détoxifier l’organisme. Mais pas n’importe qui, n’importe quand, ni comment. Il y a des âges où on mange plus ou moins, des activités qui demandent plus ou moins d’un type de nourriture… etc.

Les lobbies à travers pubs et films cinéma, nous ont fait manger de la viande à tous les repas, boire des grands verres de lait, avaler des montagnes de produits sucrés, et consommer de la « margarine » et de la bonne huile bien raffinée… Comme ils nous ont fait croire que fumer était bon pour nous et notre image. Maintenant que nous savons à quel point nous avons servi et servons encore les intérêts économiques des grands groupes, il est peut être temps d’arrêter, non? C’est à dire : revenir à la bonne qualité et la juste quantité. Ne pas suivre les modes sans « ceci », les régimes sans « cela »;  et se gaver de produits « détox » pas toujours recommandables… avant de manger son hamburger et de l’arroser de coca light !… Le « sain » est devenu un marché comme un autre : on vous vend des régimes, des produits hors de prix, des compléments alimentaires à prix d’or… Labos, industriels, commerces, certains médecins… , tous exploitent le filon au risque encore une fois de nous faire gober n’importe quoi.

Le bio, c’est juste l’état naturel des aliments. Les pesticides et autre chimie, ont fait leur apparition il y a relativement peu de temps. Opter pour le bio, c’est revenir au naturel, à la normale. Le bio, c’est le « jardin de nos grands-parents » – en quelque sorte. Le bio devrait être la norme.

La viande rend malade et nous n’avons pas besoin de ses protéines, disent enfin les experts. Et prendre conscience que vous mangez des cadavres d’animaux… et les antibiotiques, médicaments, vaccins, aliments dénaturés que les animaux  absorbent, par la même occasion… est un grand pas en avant. Les protéines se trouvent aussi dans les œufs, les légumineuses, les légumes, les fruits secs…

Les poissons ont avalé quantité de produits peu recommandables qui polluent nos océans, au mieux… Quant aux poissons d’élevage, n’en parlons pas !

Le lait est fait pour les veaux, et leur fait prendre en peu de temps de nombreux kilos ; nous, ils nous déminéralise et  encrasse notre organisme ; et nous absorbons les produits divers consommés par l’animal…. Il vaut mieux le consommer sous forme de fromage blanc et fromages – avec modération. 

Le sucre est utile à l’état naturel et en petites quantités : miel, fruits… Pas besoin d’en rajouter. Le sucre industriel est à bannir. Il déminéralise, rend accro et pousse à manger davantage ; il est caché partout pour nous rendre accro aux produits industriels et donner du goût à des ingrédients qui n’en ont plus. Bannir les produits  » sans sucre »  car le sucre est remplacé forcément par autre chose.

Les huiles : très utiles, de qualité et en quantité raisonnable. Bannir les produits  » sans gras » on rajoute forcement autre chose…!

En règle générale : bannir les produits transformés, les plats cuisinés. Si nous assistions à leur préparation, nous n’en consommerions plus. Si nous assistions à l’abattage des animaux, nous ne les mangerions plus….

Au fond, c’est simple : choisir la qualité, réduire la quantité. Au moins on mange au moins on a faim. Au mieux on mange au moins on a faim. Tout ce qui est consommé en trop grande quantité (que ce soit graisse, sucre, ou protéine), trop industrialisé, trafiqué, est néfaste à notre santé.

En règle générale , manger mieux c’est faire preuve de bon sens, et ce n’est pas plus cher :

  • Manger mieux permet de manger moins. Qualité nourrit. Aliments « vides » donnent faim (type hamburgers, produits dénaturés, …)
  • Manger simple : des produits de base. Non cuisinés industriellement. Le plus « local » possible. Le plus « bio » possible. De saison.
  • Fruits  : en l’état de fruit (sauf si problème intestinal dû aux fibres, en petite quantité : jus de fruit frais -danger de trop de sucre).
  • Apprendre à cuisiner un minimum : faire cuire des légumes est à la portée de tous. Pour les rendre savoureux et utiles, il faut les cuisiner avec une perte minimale de minéraux et vitamines : donc le moins chaud possible, le mois d’eau possible, le moins longtemps possible. CAD : vapeur douce ( pas de cocotte minute); rissolé (huile à faible température), wok… Et faire la part belle au cru, surtout en été.
  • Rester simple dans ses préparations quotidiennes. On peut faire simple et délicieux.
  • Manger quand on a faim.
  • Arrêter ou diminuer la consommation de chair animale.
  • Diminuer les produits laitiers. Garder le fromage blanc, les fromages de saison en privilégiant les fromages de chèvre et brebis.  En quantité raisonnable.
  • Des œufs : en quantité raisonnable (bio, évidemment)..
  • On ne doit pas aborder le « mieux manger » comme une privation,  un court terme, mais comme un changement d’habitudes plein de surprises et de découvertes. Un retour aux saveurs, au plaisir.
  • On peut se faire « plaisir » avec un mauvais hamburger ou un gâteau bien sucré, comme avant, de temps en temps… mais petit à petit ils nous paraîtront moins bons, trop gras, trop sucré, sans goût véritable.

Le corps est intelligent. Si nous lui redonnons la main, il redevient notre meilleur coach ! Petit à petit nous retrouverons notre instinct et pourrons nous fier à lui et non plus aux pubs qui nous hypnotisent.

© Viktoria, La révolution des placards 2018

 

Publicités